[Clermont-Ferrand (Notre-Dame du Port)]

 Origine du nom :
Au pied de la ville de "Clairmont", à l'Est et à l'extérieur des remparts, s'étendait un vaste espace, facile d'accès, en pente douce et largement ouvert.

Ce lieu propice aux échanges commerciaux entre la plaine de Limagne et la montagne s'appelait "le Port" (en latin Portus désigne un entrepôt, un lieu de commerce).

L'église porte donc le nom du lieu-dit où elle fût édifiée.

 L'extérieur :
[Le  chevet]
Le chevet
Eglise de ville, sans le charme du paysage ou d'un typique village auvergnat, victime de restaurations malheureuses au 19ème siècle, Notre-Dame du Port est cependant une merveille.

Elle peut échapper au regard lorsque l'on remonte la rue du Port, à partir de la place Delille.
Elle apparaît seulement un instant, entre les maisons, en contre-bas, au fond d'une cour.
Seule une vue de trois-quart, à partir de l'angle de la rue Notre-Dame du Port, permet d'avoir une vue d'ensemble de l'édifice. Toutefois, malgré le manque de recul, on a une magnifique vue sur le bel étagement des toits du chevet, à partir de la rue Couronne.

Notre-Dame du Port, comme la plupart des églises romanes d'Auvergne, frappe par sa cohésion et l'unité de son style.
On retrouve ici - notamment sur la façade Sud et le chevet - les principales caractéristiques décoratives de l'art roman Auvergnat :
-  
le cordon de billettes courant le long des fenêtres,
-  
l'entablement décoré de rosaces et de carrés,
-  
les modillons à copeaux sous le toit.
[Détail du chevet]
Détail du chevet
Sur la façade Sud, cinq grands arcs en plein cintre sur cinq piliers plats répondent aux cinq travées de la nef.

Le grand portail Sud
Contrairement à celui de la façade Ouest, dépourvu d'ornementation, le grand portail Sud - ouvert au niveau de la quatrième travée de la nef - a des sculptures remarquables datant du 13ème siècle.
[Portail Sud]
Portail Sud
La voussure du tympan rappelle, par son demi-cercle parfait, la voûte céleste.

Elle abrite un Christ trônant "en gloire" entouré du Tétramorphe :
-  
à ses pieds, le lion de Saint Marc et le taureau de Saint Luc,
-  
la partie haute du tympan - assez détériorée - devait abriter les attributs des deux autres évangélistes.

Le Christ Pantocrator est encadré de deux séraphins "chantant sa louange".
Le linteau a un profil à deux pentes, comme une toiture, propre à l'Auvergne.

Les scènes sculptées de ce linteau représentent le Trytique de l'Epiphanie :
-  
l'adoration des mages,
-  
la présentation de Jésus au Temple,
-  
le baptême de Jésus dans le Jourdain.

De part et d'autre de la porte, se dressent les statues de deux grands prophètes : à droite Jean-Baptiste , à gauche Isaïe.

 Visite de l'intérieur :
Il est recommandé de gagner tout d'abord le narthex, au fond de l'église; c'est la partie la plus ancienne de l'église, qui aurait conservé des éléments des basiliques antérieures.

C'est un vestibule sombre refermé par deux gros piliers. Ses voûtes sont basses et certains de ses chapiteaux "en pile de livres" sont caractéristiques de l'art roman auvergnat.

Il est surmonté au premier étage par une tribune.
[Le chœur]
Le chœur
De par ses admirables proportions, la perspective offerte par la nef et le chœur mérite à elle seule un long arrêt.

Le berceau uni de la voûte, d'une extrême simplicité, renforce l'impression d'harmonie.

La nef comprend cinq travées limitées par cinq piliers remarquablement simples et tous différents dans leur forme ou le nombre et la disposition des colonnettes autour.

Le déambulatoire voûté d'un berceau annulaire est doté de seulement quatre chapelles rayonnantes.

Les chapiteaux
Ceux de la nef présentent soit un décor végétal, soit un décor avec personnages. L'un de ces derniers, illustre le thème - classique dans l'art roman auvergnat - de l'homme tenant un singe en laisse.

Quatre, sur les huit couronnant les colonnes du sanctuaire, sont historiés et présentent un intérêt exceptionnel.
Ils sont pour l'ensemble signés du sculpteur Rotbertus et révèlent un art éloquent du scénario :
[Chapiteau la Largesse et la Charité]
Chapiteau
(Largesse et Charité)
-  
le premier représente la lutte des vices et des vertus :
.  
lutte de la Charité contre l'Avarice,
.  
la Colère en train de se tuer,
.  
la Largesse et la Charité écrasant les vices opposés,
.  
Etienne, donateur des chapiteaux de l'église, félicité pour sa Générosité.

-  
le second est consacré à la Sainte Vierge :
.  
l'annonce à Zacharie,
.  
l'Annonciation,
.  
la Visitation,
.  
le songe de Joseph.
[Chapiteau de l'Assomption]
Chapiteau
(Assomption)
-  
le troisième raconte la chute d'Adam et Eve :
.  
la Tentation,
.  
le jugement de Dieu,
.  
Adam et Eve chassés du Paradis,
.  
le Paradis perdu.

-  
le quatrième a pour thème la glorification de Notre-Dame :
.  
l'Assomption : le Christ soulève le corps de sa mère au-dessus de son sarcophage,
.  
une figure féminine ailée annonce la montée vers la Jérusalem céleste,
.  
les portes du Paradis sont à nouveau ouvertes à l'humanité,
.  
un ange présente solennellement le Livre de Vie magnifiant le nom de Marie.

La crypte
Appelée aussi "la Souterraine" c'est un des lieux saints de Clermont-Ferrand.
Cette chapelle obscure est illuminée par la présence de la Vierge noire, au-dessus de l'autel.

La statue actuelle, en bois de noyer recouvert de peintures rutilantes, est une copie réalisée à la fin du 18ème siècle d'après la statue primitive. De petite taille (28 cm de haut), la Vierge est représentée assise tenant affectueusement l'Enfant.

Elle est l'objet d'une grande dévotion; celle-ci se manifeste chaque année, à l'occasion d'une procession, le dimanche suivant le 15 mai.

[La Vierge noire]
La Vierge noire

Introduction   |   Structure   |   Galerie   |   Glossaire
[Ennezat] [Issoire] [Mozac] [Orcival] [Saint-Nectaire] [Saint-Saturnin] [Allier] [Cantal] [Haute-Loire] [Puy-de-Dôme]