[Orcival (Basilique Notre-Dame)]

 L'extérieur :
[La basilique]
La basilique
Le village d'Orcival est bâti dans une vallée étroite des Monts Dore, arrosée par le Sioulet, située à mi-chemin entre Clermont-Ferrand et le Puy de Sancy (point culminant de la région).

Au centre de ce pittoresque bourg de montagne aux toits de lauzes se dresse, austère, la basilique Notre-Dame, fleuron de l'art roman auvergnat, édifiée au 12ème siècle par les moines de l'abbaye de la Chaise-Dieu (Haute-Loire).
Afin que l'église prenne sa place dans un site inadapté aux règles des édifices romans - toujours dirigés vers le soleil levant, direction de Jérusalem - d'importants travaux de terrassement ont été nécessaires : détournement du ruisseau à l'Est, entaillement de la montagne à l'Ouest.

L'église fut gravement endommagée lors d'un tremblement de terre au 15ème siècle.
Par ailleurs, tout son mobilier fût brûlé et la flèche de son clocher fût partiellement amputée, à la Révolution.
Cette flèche fût remontée au début du siècle dernier, sur le modèle de l'ancienne, mais raccourcie de huit mètres.

Bien que moins orné que ceux de Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand ou de Saint-Austremoine à Issoire, le chevet est d'une grande beauté. C'est certainement l'abside la plus austère de toutes celles d'Auvergne.

Au 17ème siècle, les tuiles de couverture du déambulatoire et des quatre chapelles rayonnantes ont été remplacées par des lauzes provenant de la Roche Tuilière proche; à cette occasion les toitures, à l'origine indépendantes, ont été réunies.

La façade Ouest, constituée d'un très haut mur-pignon, est à demi enterrée dans la pente.
Ce mur déborde largement au-dessus de la toiture de la nef et la protège ainsi des fortes bourrasques des vents d'Ouest, dominants dans la région.

[Porte St-Jean]
Porte Saint-Jean
Les vantaux des portails ont conservé de belles pentures romanes en fer forgé, dont certaines comportent des motifs en forme de tête humaine.

Ces très belles pentures anciennes, fixées aux vantaux par de gros clous, sont particulièrement ouvragées sur la porte Saint-Jean (portail principal de l'église).

[Détail des pentures]
Détail des pentures
[Cadran solaire]
Cadran solaire
(Porte Saint-Jean)
Sur le bras Sud du transept, on remarque:
-  
un cadran solaire surmonté d'une vierge aux pieds de laquelle se trouve un prisonnier enchaîné,
-  
et, sous les arcatures, des fers et des boulets suspendus: selon la tradition, il s'agirait d'ex-votos de captifs ou de croisés prisonniers, délivrés suite à l'intercession de la vierge.

D'où le nom de "Notre-Dame-des-Fers" attribué à cette basilique.
[Fers de forçats]
Fers de forçats
(Croisillon Sud)

Visite de l'intérieur :
[La nef et le chœur]
La nef et le chœur
La merveille de l'église est le chœur, ample et lumineux. Il est précédé de la lanterne octogonale de la coupole, encadrée par des murs ajourés de triples baies.

L'élancement des piliers, l'éclairage judicieux du chœur, du déambulatoire et des chapelles produisent un très bel effet.

La nef centrale, constituée de quatre travées, est voûtée d'un arc en plein cintre et ne comporte pas de doubleaux.
L'église d'Orcival présente la particularité d'avoir les tribunes des bas-côtés de la nef continuant jusqu'au mur de façade. Ceci est certainement dû au fait qu'aucune tour n'a été prévue pour surmonter les bas-côtés du narthex, à cause de la configuration du terrain.

Les chapiteaux
Ceux de la nef sont presque tous à feuillages. Quelque uns présentent des petits personnages ou des animaux (aigles, singes cordés).

Près de la porte Sud, le seul chapiteau historié de la nef représente les châtiments de l'Avarice et de la Luxure :
-  
un homme, une bourse pendant à son cou, enfourné en enfer par deux démons,
-  
un homme brandissant un bâton vers une femme qui tient sur son coeur une pièce d'or.
[Chapiteau]
Chapiteau de la nef
(Châtiment de l'Avare)
Dans l'abside, on ne dénombre pas moins de 64 chapiteaux dont un seul est historié et évoque la Jérusalem céleste :
-  
des anges - une lance à la main - montant la garde devant la maison de Dieu,
-  
l'un d'eux sonnant la trompette du Jugement.

Les autres chapiteaux de l'abside sont tous à feuillages, certains d'entre eux abritant de petits oiseaux.
On trouve cependant, dans le déambulatoire, quelques sujets antiques plus ou moins christianisés : centaures, sirènes, griffons, poissons ou oiseaux.

Le sanctuaire
[Vierge d'Orcival]
Vierge d'Orcival
Le maître-autel est un bloc monolithique en granit de Lozère qui repose sur des pieds de serpentine (roche sombre et jaspée).

Derrière lui, sur un piédestal, est placée la célèbre Vierge de majesté.
Cette statue de 74cm de haut est la seule, de toutes les vierges d'Auvergne, ayant conservé son parement d'orfèvrerie. Les visages et les mains de la Vierges et de l'Enfant sont peints au naturel. L'Enfant, assis entre les genoux de la Vierge, porte le livre de l'Evangile.
Cette représentation de la Vierge est l'objet de la vénération populaire et le but de nombreux pèlerinages, le plus important ayant lieu le jour de l'Ascension.

[Crypte]
Crypte
Sous le chœur, la crypte - vaste et claire - en reproduit le plan à l'identique: huit colonnes trapues et courtes correspondent à celle de l'hémicycle du sanctuaire; quatre colonnes disposées en carré, au centre, supportent le pavement du chœur.

On peut remarquer dans cette crypte:
-  
une charmante Vierge à l'Enfant du 14ème siècle, en bois,
-  
et une colombe eucharistique (vase liturgique dans lequel, au Moyen Âge, on conservait les hosties consacrées), en émail champlevé de Limoges.
[Colombe]
Colombe
eucharistique


Introduction   |   Structure   |   Galerie   |   Glossaire
[Clermont-ferrand] [Ennezat] [Issoire] [Mozac] [Saint-Nectaire] [Saint-Saturnin] [Allier] [Cantal] [Haute-Loire] [Puy-de-Dôme]