[Issoire (Abbatiale Saint-Austremoine)]

 L'extérieur :
[Le chevet]
Le chevet
Ancienne bourgade gauloise, Issoire fut le théâtre - au 3ème siècle - du martyre du premier apôtre et évêque d'Auvergne auquel est dédiée l'église Saint-Austremoine.

L'abbatiale, édifiée au 12ème siècle, appartenait à un monastère bénédictin.

C'est la plus vaste et la plus richement décorée extérieurement des cinq églises majeures auvergnates.
Les formes du style roman auvergnat sont ici épanouies.

Jamais mieux qu'à Saint-Austremoine n'apparaissent les qualités de rigueur et d'équilibre des absides auvergnates. L'ensemble conserve cependant la sobriété caractéristique de la province.
On déplorera toutefois la froideur de la façade, résultat des restaurations du milieu du 19ème siècle.

Plus franchement que dans les autres églises auvergnates, on retrouve partout des formes géométriques pures :
-  
cylindre (chapelles),
-  
rectangle (niches à colonnettes),
-  
triangle (frontons),
-  
tronc de cône (toitures).

Le soin apporté à la décoration du chevet apporte une note délicate à cette rigueur géométrique de l'ordonnance.

Le fronton du chœur est décoré par une frise de rosaces surmontée d'un quintuple cordon de triangles, ces décorations étant obtenues par alternance de pierres claires (arkose blonde de Montpeyroux) et sombres (lave de Volvic).
Un cordon de billettes court tout au long des fenêtres des absidioles, à l'étage inférieur.

Des modillons à copeaux supportent toutes les toitures.

Elément ornemental spécifique de Saint-Austremoine, les douze signes du zodiaque - symbole de l'ordre et de la complexité de l'univers - sont déployés en couronne tout autour des chapelles rayonnantes.
[Détail du chevet]
Détail du chevet

Visite de l'intérieur :
[Nef et chœur]
La nef et le chœur
La particularité de l'église Saint-Austremoine réside dans la polychromie intérieure, restituée lors des restaurations du milieu du 19ème siècle :
toute une palette chaude de rouge sourd, d'ocre et d'or qui semble empruntée à l'Orient.

Ces peintures surprenantes, voire même contestables, reflètent cependant fidèlement l'époque romane pendant laquelle les églises étaient peintes.
La nef est la plus large de toutes les nefs romanes d'Auvergne. Elle est composée de sept travées dont les arcades du rez-de-chaussée sont relativement étroites, mais très hautes.

A l'étage, les tribunes sont soulignées par des baies triples - parfois jumelées - percées dans les murs même de la nef.

Particularité unique dans les édifices romans auvergnats, le berceau central n'est pas constitué d'un arc en plein cintre, mais d'un arc légèrement brisé.

Les bas-côtés sont d'une très grande beauté, très larges, haut d'environ dix mètres et abondamment éclairées par les fenêtres des murs latéraux.
[Colonnes du chœur]
Colonnes du chœur
Le chœur est constitué d'une travée droite voûtée et d'un hémicycle entouré de huit colonnes à arcature surhaussée, dont quatre sont surmontées de chapiteaux historiés, les quatre autres de chapiteaux à feuillages.

Cinq chapelles rayonnantes s'ouvrent sur le déambulatoire de magnifique ampleur.
La chapelle se trouvant dans l'axe de l'église est de plan carré.

Les chapiteaux
[Chapiteau du Temple de Jerusalem]
Chapiteau
(Temple de Jérusalem)
Les quatre chapiteaux historiés du chœur retracent le cycle liturgique de Pâques, du Jeudi Saint au Dimanche de la Résurrection :
-  
celui du Nord - le plus remarquable du programme - est entièrement dédié à la représentation de la Cène,
-  
celui du Sud retrace deux épisodes de la Passion : la Flagellation et le Port de la croix,
-  
les deux autres, au centre, racontent les événements du jour de Pâques : la visite des Saintes Femmes au tombeau du Christ et diverses apparitions du Christ ressuscité.

[Chapiteau de la Cène]
Chapiteau
(La Cène)
La crypte
Deux escaliers, de part et d'autre de la croisée du transept permettent d'accéder à une crypte de toute beauté.

Huit piliers trapus supportent les colonnes de l'hémicycle; autour d'eux circule un déambulatoire.

Quatre piliers supplémentaires, disposés en carré au centre, supportent le pavé du sanctuaire.
[La crypte]
La crypte
Entre les escaliers, trois niches rectangulaires constituent le "martyrium" destiné à recevoir les reliques possédées par l'église.
[Châsse de Saint-Austremoine]
Châsse de
Saint-Austremoine
Dans l'une de ces niches a été placée une petite châsse, en émaux champlevés de Limoges, contenant des reliques de Saint-Austremoine, patron de l'église.

Sur cette châsse, d'excellente facture, on remarque la représentation de :
-  
la visite des Saintes Femmes au tombeau du Christ,
-  
l'apparition du Christ à Marie-Madeleine.

Introduction   |   Structure   |   Galerie   |   Glossaire
[Clermont-ferrand] [Ennezat] [Mozac] [Orcival] [Saint-Nectaire] [Saint-Saturnin] [Allier] [Cantal] [Haute-Loire] [Puy-de-Dôme]